Le couscous de la maman de Faïza

Il parait que pour 19% des français, le couscous est leur plat préféré. Ils ont raison ces 19%. Un bon couscous, c’est juste un bonheur, surtout dégusté en famille ou avec les copains. Enfin, je sais pas vous, mais pour ma part, si je ne rechigne jamais à m’en faire une ventrée, le cuisiner, c’est une autre paire de manche. Enfin, ça, c’était avant Faïza et sa maman, dont voici la recette:

Pour réaliser un couscous maghrébiquement correct pour plein de personnes. Techniquement il n’ y a pas de dosage, il faut ajuster à l’œil pour nourrir tous les convives donc je ne peux pas te dire c’est pour combien de personnes. Je sais je suis d’une aide cruciale.

Il te faut donc:

  • 2 KG de mouton
  • 2 gros oignons
  • des navets
  • des carottes
  • des courgettes
  • des pois chiche
  • du sel, du poivre
  • environ 1 cuillerée de cannelle
  • 1 kg et demi de semoule moyenne ou fine (que je préfère c’st très léger)
  • du beurre salé, l’idéal c’est un mélange beurre-smen, le beurre rance en vente dans les épiceries orientales ou même chez certains bouchers halal
  • de l’huile.

Commencer par couper les oignons et les faire suer dans un peu de beurre.

Rajouter la viande coupée en petits morceaux (en ayant préalablement enlevé un peu le gras).  L’idéal est de commencer cette préparation dans le bas du couscoussier.

Eplucher et couper les légumes en petits morceaux, pas trop fins pour ne pas qu’ils se noient dans le bouillon. Les ajouter à la viande et aux oignons en commencant par les navets et les carottes. Rajouter les courgettes à la fin car elles cuisent rapidement, sinon elles vont fondre et disparaitre totalement. Mouiller avec de l’eau (logique).

A la fin de la cuisson rajouter les pois chiches préalablement rincés puis égouttés et assaisonner avec du sel, du poivre et la touche finale à savoir la cannelle, qui se marie très bien avec la viande. Tu peux même rajouter à la fin une cuillère de concentré de tomates si tu veux faire une sauce rouge, plus ressemblante au couscous habituellement massacré, pardon servi, dans les restaurants.

Ensuite on s’occupe de la semoule. Il faut la laver, la laisser égoutter, et la surveiller pour ne pas que elle fasse des grumeaux. Le cas échéant les défaire à la fourchette. Mettre la semoule dans le haut du couscoussier. La magie fait que la semoule va s’imprégner de la sauce qui cuit à l’étage d’en dessous pour ceux qui suivent.

Couscous - image by uckcider

Couscous – image by uckcider

Dix minutes après tu la mets dans un gros saladier et tu rajoutes un verre d’eau et un peu d’huile.  Il faut qu’elle ait un peu de place pour s’étaler. La laisser reposer une demie-heure. Faire attention aux salauds de grumeaux, égrainer à la fourchette pour les éliminer. Remettre dans le couscoussier et attendre que l’huile soit absorbée. Ressortir la semoule, remettre un peu d’huile et la passer à la vapeur une troisième et dernière fois. Servir séparément la semoule, et mettre le bouillon dans une soupière avec la viande. Chacun se sert comme il le souhaite.

L’Ayatollah du couscous que je suis tolère une légère part de fantaisie en changeant la viande. Attention le choix du rebelle se portera sur du poulet ou du bœuf, pas de porc hein.

Faïza

Publicités

3 réflexions sur “Le couscous de la maman de Faïza

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s