Killer Burger

La vie est injuste. Et l’une de ses plus grandes injustices, c’est que tout ce qu’il y a de meilleur à boulotter est mauvais pour la santé. Le nutella, le saucisson, les dragibus, les frites, le camembert… et les burgers. Pourquoi a-t-il fallu que tout ce qui est délicieusement gras et/ou sucré soit aussi mauvais pour nos artères et nos fesses ? Le monde est décidement trop cruel.

C’est pourquoi j’ai décidé de le prendre à rebrousse poil en fabriquant mes propres burgers, fourrés aux bonnes choses. C’est sûr, ça demande un peu plus de temps que d’aller commander un double whooper. Mais c’est tellement plus satisfaisant ! Crois moi, une fois que tu auras fait tes propres burgers, buns compris, tu y réfléchiras à deux fois avant d’aller au macdo du coin… D’autant que dans tes burgers maison, tu peux y mettre ce que tu veux !

© 7number.tumblr.com

© 7number.tumblr.com

Pour 4 buns taille XL :

  • 2 bonnes heures de ton temps
  • 425g de farine
  • 1 sachet de levure de boulanger diluée dans un peu d’eau chaude
  • 3 pincées de sel
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 oeuf
  • 15 g de beurre mou
  • 125 ml de lait
  • des graines pour le décors (au choix : pavot, sésame, courge…)

Commence par mélanger les ingrédients secs, à savoir la farine, le sel, et le sucre dans une belle terrine. Creuse un puits au milieu.

Sépare le blanc du jaune de ton oeuf. Mets le jaune et la moitié du blanc (à peu près, va diviser un blanc d’oeuf en deux parties équitables toi…) dans le puits. Réserve le demi blanc qu’il te reste au frais, tu en auras besoin tout à l’heure.

Rajoute dans ton puits le reste des ingrédients : le lait, la levure diluée et le beurre. Retrousse tes manches et pétrit. Le but étant d’obtenir une pâte souple et élastique, qui ne colle pas aux doigts. Arme toi de patience, c’est un peu long. Si tu remarques que ta pâte est trop sèche, tu peux y rajouter progressivement un peu d’eau.

Quand la pâte ne te colle plus et que tu penses toucher au but, tu te trompes. Tu dois la pétrir encore. Oui, c’est long et ça fait mal aux bras, mais dis toi que tu brûles les calories de tes burgers avec un peu d’avance. En gros, plus tu vas pétrir longtemps, plus la mie de tes buns sera aérée.

Au bout d’un moment, quand tu ne sens plus tes bras, tu peux arrêter. Farine ton beau pâton, couvre le d’un torchon propre, et allez tous les deux faire une bonne sieste d’une heure.

Au bout d’une heure, ô joie, le pâton a doublé de volume. Tu peux sortir maintenant la plaque de cuisson de ton four, la tapisser de papier sulfurisé, de diviser ta jolie boule de pâte en quatre tout aussi jolies boules de pâte et de les disposer dessus. N’hésite pas à aplatir un peu, n’oublie pas que tu vas y mettre plein de choses dans ce bun. C’est fait ? Bien. Recouvre le tout de ton torchon de tout à l’heure, et retourne faire une seconde sieste d’une heure. Oui, je sais, c’est difficile de cuisiner, ouh lala.

Une nouvelle heure plus tard, ô miracle, les pâtons ont de nouveau gonflé ! Là, ils sont prêts, il ne manque plus que la touche finale.

Allume ton four et fais préchauffer à 180°. Pendant ce temps, ressort le demi blanc d’oeuf de tout à l’heure. Tu vas en badigeonner les buns. Ça va leur permettre non seulement de dorer, mais aussi de faire tenir les petites graines que tu peux dès à présent saupoudrer sur tes petits pains.

Enfourne le tout 15 minutes et voilà !

Tes buns sont prêts. Tu as maintenant l’embarras du choix pour la garniture. Boeuf, poulet, steaks végétariens, petits légumes, fromage, cornichons, laitue… Ton imagination est ta seule limite. Moi-même, je suis infichue de te faire deux fois le même burger. Ça dépend de l’humeur du jour, de l’état de mon budget, et du contenu de mes placards. Il y a cependant deux choses invariables dans mes hamburgers : le chutney d’oignons, et ma sauce spéciale.

Pour le chutney d’oignon :

  • un oignon
  • une grosse lampée d’huile d’olive
  • du vinaigre balsamique
  • du sel
  • du poivre

Commence par détailler ton oignon en fines lamelles en essayant de pas pleurer trop fort. Fais les suer doucement dans une casserole avec l’huile d’olive, le sel et le poivre. Ils doivent devenir translucides et fondants. Quand c’est bon, arrose-les d’un trait de vinaigre, et laisse réduire. Le vinaigre balsamique, plutôt sucré, va faire caraméliser les oignons en leur donnant un petit goût acidulé. 

Pour la sauce burger :

Pour la mayo, je l’avoue, je triche. Je n’ai jamais réussi à en monter une, c’est un véritable massacre. Alors en général, je demande au maître de la mayo de me filer un coup de main. Il me certifie que faire une mayo maison, c’est pas difficile. Je le crois sur parole. Bref.

La mayonnaise prête, je la mélange avec un peu de savora, mon échalotte émincée et une grosse pincée de paprika.

Voilà, comment consacrer plus de deux heures à un plat qui sera englouti, certes avec déléctation, mais en moins de dix minutes.

frites

Finalement, maintenant, la seule chose qui nous manque, ce sont les frites…

Publicités

3 réflexions sur “Killer Burger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s